Le Baby Blues dans les faits...

Mis à jour : 3 sept. 2018




9 mois.

9 mois pendant lequel vous vous êtes projeté dans votre rôle de maman, vous avez imaginé ce petit être grandissant en vous dans les moindres détails. Malgré la difficulté de la grossesse ( ou pas ) vous l'aimez déjà de tout votre cœur et avez hâte de le serrer dans vos bras.

Seulement voilà, bébé est la, vous vivez un des plus beaux moments de votre vie, mais vous ressentez une fragilité extrême, vous pleurez facilement et personne ne comprend votre état de tristesse. Emprise de doutes et de fatigue morale vous ne savez pas ce qui se passe, et vous n'avez aucun contrôle sur votre humeur.

C'est ce que l'on appel communément le « Baby Blues », rien d'anormal car la majorité des femmes qui accouchent passe par cette phase et pourtant beaucoup ne la comprennent pas...

Alors le Baby Blues dans les fait c'est quoi ? Une tristesse passagère, un vague à l'âme post accouchement. Vous vous mettez à pleurer d'un coup, vous avez ce sentiment d'incapacité qui vous envahie et provoque stress, angoisse, et tristesse. Vous ne contrôlez pas votre humeur et pouvez passer du rire aux larmes. Cela peut être un sujet de dispute et d'incompréhension car Papa ne comprend pas, et vos proches non plus. Vous vivez un des plus beau moment de votre vie et vous êtes triste.

Plusieurs choses sont à retenir en plus du fait que ce phénomène touche 9 femmes sur 10.

Différents facteurs entrent en jeu.

1 : Raisons physiologiques

Pendant 9 mois votre corps de femme a fait le plein d’hormones de grossesses afin de faire grandir cet embryon, et permettre les changements nécessaire à bébé pour se développer in-utero. Ce bouleversement hormonal s’accélère à l'accouchement afin de provoquer les contractions et la montée laiteuse. Puis soudainement toutes ces hormones qui nous rendaient la vie belle ( ou pas ) enceinte disparaissent en partie et notre corps retrouve petit à petit son taux d'hormones habituel. Tous ces changements hormonaux ont un impact majeur sur le moral de la jeune maman. Vous savez déjà que nous sommes tributaire de nos hormones une fois par mois en tant que femme, et après un accouchement c'est plus flagrant car il y d'autre ressentis qui s'ajoutent.

2 : Notre image

Ce corps qui change pendant la grossesse, ce corps qui porte la vie, et dont nous avons plus le contrôle pendant 9 mois. Il est parfois difficile de l'accepter. Voir son ventre grossir pour laisser bébé grandir est souvent une belle image, avec laquelle les femmes sont à l'aise. Cependant post accouchement bébé n'est plus la, mais le ventre oui. Il n'est plus tendu avec bébé dedans, mais tout mou, tout flasque, et pas vraiment beau à voir ( selon le vécu des femmes ) D'un seul coup il n'y a plus de proportion entre le ventre et le reste, et l'image que l'on voit de nous peut ne pas nous plaire et nous fragiliser. Slip filet, ventre flasque, rétention d'eau, poitrine énorme, épisiotomie, césarienne ect... peuvent avoir un impact sur notre moral, même si nous luttons. Nous ne sommes pas au meilleur de notre forme, et fragile.

3 : La fin de 9 mois de fusion

Bébé et vous ne fesiez qu'un. Il était en vous, et même si la joie de la rencontre avec papa est immense, il se peut que vous ressentiez un vide. Désormais vous n'êtes plus que tous les deux, et les visites rapides post accouchement contribuent à votre anxiété post-partum. Voir bébé dans les bras de toutes ces personnes est source d'angoisse pour la jeune mère et tout le monde ne le comprend, ou ne le respecte pas. En effet pourquoi une maman serait angoissé à l'idée que bébé soit présenté à la famille. Tout simplement parce que non seulement vous avez besoin de ces moments intimes avec bébé et papa, mais parce que bébé aussi est stressé par les visites. Maman a un instinct plus fort que tout et ne peut se sentir bien quand bébé ne l'est pas. Il y a un lien plus fort que tout c'est celui de la maternité, et le fait que d'autre personne que maman s'approprie bébé perturbe ce lien et donc maman.

Quoi faire ?

Pas grand chose, juste se laisser vivre ces émotions hors de notre contrôle. Par contre vous pouvez en parler avec papa, lui expliquez ce que vous ressentez. Cela peut générer de l'incompréhension de sa part. La communication sera votre meilleure amie, parlez ensemble et dites vous que c'est un passage et que vous allez arrivez à venir à bout de ce Baby-blues ensemble. Souvent quand les choses sont comprises de part et d'autre cela facilite leur vécu.

Il y a une chose importante et qui est négligé souvent c’est : LE REPOS!!! Les premières semaines post accouchement vous devez vivre au rythme de bébé. Il dort vous dormez, il mange vous mangez. Jusqu’à ce que vous vous sentiez bien et en forme. Le repos est minimisé sous le coup des hormones vous semblez en forme, mais si vous ne respectez pas ce temps de récupération les conséquences peuvent se faire sentir plus tard. 

Je vous conseille tout de même de limiter les visites post partum. C'est assez difficile car votre famille souhaite accueillir bébé avec vous, et ce n'est pas malvaillant. Cependant vous pouvez uniquement recevoir votre famille proche, et demandez à vos amis de patienter un peu. Quelques semaines, le temps que vous trouviez votre rythme avec bébé, et que vous puissiez récupérer un peu. Acceptez toute l'aide que l'on vous propose ce sera du stress en moins ( repas, menage, linge, garde des autres enfants... ) 

Lâcher prise, et surtout ne vous fiez pas au photos de jeunes mamans vu sur le net car elles ne représentent que le coté parfait de la maternité. Il y a que le beau qui fait vendre...

La vrai vie c'est vous qui la vivez, au sein de votre foyer. Et le Baby-blues en fait partie.

Le Baby-blues dure seulement quelques jours, si vous n'arrivez pas à remonter la pente et que cet état de tristesse perdure,

alors dans ce cas faite vous accompagner par un professionnel.

N'oubliez pas de vous écouter et d'être celle que vous voulez...

*Pour un suivi personnalisé je vous laisse consulter mes services sur mon site.*

557 vues

FORMATION

POUR LES PROFESSIONNELS

FORMULAIRE DE DEMANDE